accueil > Qu'est-ce que la grippe A (H1N1) ?

QU’EST-CE QUE LA GRIPPE A (H1N1) ?

Il s’agit d’une grippe causée par un nouveau virus A (H1N1) qui n’avait jamais circulé auparavant chez l’homme. Ce virus n’est lié à aucun virus ancien ou actuel de la grippe saisonnière.
Bien que préliminaires pour le H1N1 et fondées sur les données limitées provenant de quelques pays, on peut faire à ce jour, pour ce virus en particulier et pour la vulnérabilité de la population mondiale en général, les observations suivantes :

◙ La souche virale H1N1 à l’origine des flambées actuelles est un nouveau virus, jamais observé auparavant ni chez l’homme, ni chez l’animal. Bien qu’on ne puisse pas encore tirer de conclusions définitives, les scientifiques s’attendent à ce que l’immunité préexistante à ce virus soit faible, nulle ou limitée en grande partie aux groupes les plus âgés.

◙ Ce virus H1N1 semble plus contagieux que la grippe saisonnière. Le taux d’atteinte secondaire de la grippe saisonnière varie de 5 à 15%, alors que, selon les estimations actuelles, il va de 22 à 33% pour le H1N1.

◙ À l’exception d’une flambée au Mexique, qu’on ne comprend pas tout à fait, le virus H1N1 tend à provoquer une maladie très bénigne chez les sujets par ailleurs en bonne santé. En dehors du Mexique, presque tous les cas de maladie et tous les décès se sont produits chez des personnes présentant des maladies chroniques sous-jacentes.

◙ Dans les deux flambées les plus importantes et les mieux documentées jusqu’ici, au Mexique et aux États-Unis d’Amérique, la tranche d’âge affectée a été plus jeune que pour la grippe saisonnière. Bien qu’on ait confirmé des cas dans tous les groupes d’âge, des nourrissons aux personnes âgées, la jeunesse des patients atteints d’infections sévères ou létales est une caractéristique frappante de ces premières flambées.

◙ Pour ce qui est de la vulnérabilité de la population, la tendance qu’a le virus H1N1 de provoquer des infections plus graves, voire létales, chez des sujets présentant des états pathologiques sous-jacents est particulièrement préoccupante.

◙ Certains scientifiques pensent que le spectre clinique complet de l’infection à H1N1 n’est pas apparu dans les premiers jours des flambées et qu’il faudra attendre que le virus se répande davantage. Ce point pourrait également altérer l’image que nous avons actuellement de la maladie, très largement bénigne en dehors du Mexique.

◙ En dehors de la mutabilité intrinsèque des virus grippaux, d’autres facteurs pourraient modifier, d’une manière totalement impossible à connaître, la gravité du tableau de la morbidité si le virus continue à se propager.

◙ Les scientifiques s’inquiètent des changements qui pourraient avoir lieu si le virus se répand dans l’hémisphère sud et rencontre les virus humains actuellement en circulation, alors que commence la saison grippale normale dans cette partie du monde.

◙ Le fait que le virus H5N1 de la grippe aviaire soit solidement implanté dans les volailles de certaines régions du monde est une autre source de préoccupation. Personne ne peut prédire le comportement du H5N1 sous la pression d’une pandémie. Pour l’instant, c’est un virus de l’animal qui ne se transmet pas facilement chez l’homme et la transmission interhumaine directe est très rare.